Ypsilon éditeur Littérature
Ypsilon éditeur La bibliothèque typographique
Ypsilon éditeur Ymagier

Unica Zürn et son MistAKE - animula vagula, 16 février 2009


Zürnophiles et zürnolâtres, en bon français : amoureux et amourêveuses de l’œuvre d’Unica Zürn seront heureux et reuses d’apprendre que ses textes écrits en français et dispersés à droite et à gauche sont recueillis pour la première fois dans un petit bouquin bien propre sur lui et même carrément élégant sous sa couverture bleu-pétrole imprimée en blanc modeste.

La couverture est de Pauline Nunez et ce livre intitulé : MistAKE et autres écrits français (je respecte autant que possible le belle typo utilisée) est paru chez un petit éditeur, Ypsilon, fin octobre 2008.

Le monogramme de la maison qui ne compte encore que quelques titres à son catalogue mais du puissant (Pier Paolo Pasolini, Djuna Barnes, Yannis Ritsos) est dessiné par Franck Jalleau.

Y et Z étaient, c’est naturel, fait pour se rencontrer. Isabella Checcaglini, la fondatrice de cette petite (mais déjà respectable) maison d’édition s’en est aperçue, elle qui ne craint pas les décortications du langage puisqu’elle a eu le culot de s’attaquer bille en tête au Coup de Dés de Stéphane Mallarmé pour entrer dans le métier.

Votre petite âme errante aurait pu s’en apercevoir aussi puisque j’ai découvert que, fin novembre 2008, j’ai loupé (on me dit jamais rien!) une lecture d’extraits de MistAke à la librairie franco-allemande de Montmartre, j’ai nommé la Libraire Buchladen, rue Burq n°3 dans le 18e of Paris. Maintenant que vous êtes en appétit, foncez ici et pour tout savoir.

La préface de Rike Felta à ces Ecrits de Zürn est éclairante aussi. Elle file comme une balle et sans graisse inutile au cœur du problème : «MistAKE se présente comme un mot qui pourrait en contenir plusieurs autres, en particulier quand on intègre en même temps plusieurs langues et leur dimension phonétique comme c’est le cas ici (…)».

Nous revoilà au cœur des anagrammes, cœur de l’œuvre d’Unica Zürn et cœur de son malheur. De ce point de vue, moi c’que j’préfère c’est le tout premier texte, dans un français très personnel qui marche sur les fautes comme on marche sur des courbatures. Il daterait du début des années soixante. Unica y relate un voyage en avion pour un retour à Berlin et un internement dans un hosto psy de cette ville.

Cela commence comme ça : «Sans ventre, elle fait la naissance d’une ville. Tout le mond dans l’avion la regarde, mais elle est trop occuper avec l’acouchement de sa ville, qu’elle regard personne. Elle écoute : tout qui passe par l’oreille devient plus vraie, que les experiences par les yeux».
Procurez vous 17 thunes pour lire la suite. Achetez vite ce livre et soyez un des 500 heureux à le posséder. Après, tant pis pour vous, il sera épuisé.

animula vagula, rives et dérives de l'art brut