May Ayim

May Ayim naît en 1960 à Hambourg, d’une mère allemande et d’un père ghanéen. Abandonnée, elle passe les premières années de sa vie dans un foyer, avant d’être élevée par la famille Opitz dans la région de Münster. Elle étudie la pédagogie et l’orthophonie. Elle s’installe à Berlin en 1984.

Elle mène des recherches sur l’histoire des personnes noires en Allemagne et le racisme contemporain. Son ­combat est politique, elle est au centre des luttes féministes et anti-racistes ­berlinoises. Dès les années 1980, elle écrit, performe et publie ses poèmes. Tout est lié : littérature, recherche, activisme.

Son premier recueil de poèmes blues in schwarz weiss paraît en 1995. Quelques mois plus tard, elle est admise dans un service psychiatrique de Berlin, où lui est diagnostiquée une sclérose en plaques. Elle se suicide le 9 août 1996. Un recueil posthume, nachtgesang, paraît en 1997. Son œuvre connaît un écho grandissant. Depuis 2010, un quai porte son nom à Berlin.