Chassés de la lumière

Traduction de .

Postface de Félix Boggio Éwanjé-Épée & Stella Magliani-Belkacem.

février 2015

232 pages

Littérature

978-2-35654-052-2

11,5 × 17 cm

17 €

Publié la même année, en 1972, à New York, à Londres et à Paris, Chassés de la lumière a été par la suite oublié en France et pourfendu par la critique anglophone.

Baldwin y achève sa radicalisation politique. Véritable récit de la crise de la suprématie blanche, *Chassés de la lumière* est une traversée des années 1960, de leurs luttes, de leurs espoirs ; c’est aussi la fresque amère d’une Amérique blanche agrippée à ses privilèges. Accusé d’être un ouvrage de propagande, cet essai n’a pu jouir de la reconnaissance qu’il méritait. Baldwin y renonce à la place que l’intelligentsia lui offrait — celle de l’artiste incompris par sa « communauté » — pour devenir le porte-voix d’une nouvelle génération militante. Dans *Chassés de la lumière*, la « question noire » est inséparable de la révolution. Le texte est pour la première fois publié dans son intégralité.

« L’œuvre de Baldwin trace un chemin de libération, et l’énigme de son écriture est à déchiffrer dans le fait que, pour lui, ce chemin est nécessairement tortueux. C’est ce qui fait l’unité de son approche : isoler des points de vue et les faire travailler, réfléchir, penser et repenser une situation. » — F. B. É.–É. & S. M.–B.

Série : Contre-attaque

Date de l’édition originale : 1972

Titre original : No Name in the Street

Pays : États-Unis

Langue : anglais