1/12/2020

Laurent Perez, « Bei Dao, Liao Yiwu / Chine : la grande muette », Art Press, décembre 2020-janvier 2021.

Art press

Les mémoires de Bei Dao et les entretiens recueillis par Liao Yiwu ramènent à la vie une Chine condamnée à l’amnésie.

« Qui contrôle le présent contrôle le passé, qui contrôle le passé contrôle l’avenir. » Sous la dictature du PCC, la réécriture de l’histoire sert (…)

Lire la suite

1/11/2020

Youness Boussena, « Rêver par-delà nos erreurs, avec Gianni Rodari », Télérama, 27 novembre 2020.

Télérama

L’écrivain italien Gianni Rodari (1920-1980) aurait eu 100 ans le 23 octobre. Nul doute que s’il avait été encore là, il n’aurait rien perdu de sa fraîcheur d’enfant. Car, tandis que de l’autre côté des Alpes un festival commémore cet anniversaire, (…)

Lire la suite

16/10/2020

Ypsilon éditeur invité d’honneur au Festival Littérature etc.

Lille

Ypsilon éditeur est l’invité d’honneur de la 9e édition du Festival Littérature etc. à Lille. Visité guidée de la maison d’édition par Isabella Checcaglini avec arrêts sur trois livres – Alphabet d’Inger Christensen, Gorille, mon Amour de Toni Cade Bambara, S’ouvrent les portes de la ville de Bei Dao, dont des extraits sont enregistrés, lus par les comédiennes Fanny Bayard et Marie Filippi, et donnés à écouter au public. Vendredi 16 octobre à 17h et à 19h pour la visite guidée
– tout le week-end pour écouter les enregistrements. Église désacralisée Marie Madeleine à Lille, 27 rue du Pont Neuf. Entrée libre, inscription obligatoire. Plus d’informations sur le site de Littérature, etc. »


14/09/2020

Rencontre avec Lise Thiollier

Arles

PASSAGE DE L’ÉTRANGER # 39 • Rencontre avec Lise Thiollier traductrice de 19 Manières de regarder Wang Wei d’Eliot Weinberger.

LUNDI 14 SEPTEMBRE AU CITL (ARLES) – 18H30 > 20H

Traduit de l’anglais par Lise Thiollier, 19 manières de regarder Wang Wei est un livre d’un genre inconnu où l’auteur nous invite à une réflexion sur la poésie par une méditation sur la traduction & vice-versa. Pour cette 39e rencontre “Passage de l’étranger”, la traductrice et son éditrice poursuivront le questionnement de ce texte réflexif… HORAIRE : (Lundi) 18 : 30 - 20 : 00
LIEU : Collège international des traducteurs littéraires
Espace Van Gogh - 13200 Arles
ORGANISATEUR : ATLAS

Plus d’informations sur le site de l’Atlas »

25/07/2020

Brigitte Duzan, « S’ouvrent les portes de la ville : souvenirs de Pékin, par le poète Bei Dao », chinese-shortstories.com, 25 juillet 2020.

chinese-shortstories.com

Les portes de Pékin, la ville de son enfance, s’étaient refermées sur Bei Dao (北岛) en 1989. Lors des événements de la place Tian’anmen, il se trouvait à un colloque littéraire à Berlin. Il avait affiché une position de plus en plus critique à l’égard du gouvernement chinois, jusqu’à ce que, en (…)

Lire la suite

15/07/2020

Youness Bousenna, « S’ouvrent les portes de la ville de Bei Dao », Télérama, 15 juillet 2020.

Télérama

De retour d’exil, le poète exhume avec finesse le Pékin perdu de son enfance, qui vibrait au chant des coqs et tremblait sous le maoïsme.

Malheureux qui, conune Bei Dao, a dû faire un long voyage. Treize années durant, l’écrivain et poète a vagabondé (…)

Lire la suite

4/07/2020

Claire Devarrieux, « Chine : “Une génération sacrifiée”, entretien avec la traductrice Chantal Chen-Andro », Libération, 4 juillet 2020.

Libération

Entretien avec la traductrice Chantal Chen-Andro : Traductrice, notamment du prix Nobel Mo Yan, spécialiste de la littérature chinoise, Chantal Chen-Andro a traduit en français tous les livres de Bei Dao.

Pourquoi (…)

Lire la suite

4/07/2020

Claire Devarrieux, « La formule Ypsilon, explorations d’une éditrice », Libération, 4 juillet 2020.

Libération

Il était déjà question des éditions Ypsilon dans ces pages la semaine dernière, avec la réédition de Moi, le Suprême de Roa Bastos. Romanciers, poètes, le catalogue de la maison est impressionnant : James Baldwin et Toni Cade Bambara, Natalia Ginzburg, Pasolini et Sandro Penna, (…)

Lire la suite

1/07/2020

Laurent Perez, « 19 Manières de regarder Wang Wei d’Eliot Weinberger », artpress, juillet-août 2020.

Art press

« La poésie est ce qui mérite d’être traduit », annonce l’écrivain et traducteur américain Eliot Weinberger au seuil de 19 Manières de regarder Wang Wei. L’intérêt de ce brillant petit ouvrage de 1986, pour la première fois traduit en français, d’une lecture fluide et (…)

Lire la suite

1/07/2020

Claire Devarrieux, « Enfant de Pékin, Bei Dao “rebâtit” sa ville », Libération, 4 juillet 2020.

Libération

Un enfant joue à cache-cache dans les rochers, aime passionnément les billes, aide son père dans le potager, fait un long voyage avec sa mère pour aller voir son grand-père. Mais nous ne sommes pas chez Marcel Pagnol. Nous sommes dans un récit de Bei Dao, et l’histoire passe sur le corps de (…)

Lire la suite

1/07/2020

Bertrand Mialaret, « Une nouvelle œuvre en prose du poète Bei Dao qui veut reconstruire son Pékin », mychinesebooks.com, 7 juillet 2020

Mychinesebooks.com

Bei Dao est avec Yang Lian et Duo Duo, l’un des poètes chinois de la génération de Tiananmen les plus connus en Occident. Ses œuvres en prose ont souffert de la célébrité d’une poésie souvent citée comme candidate pour un prix Nobel.

Deux recueils d’essais, traduits en anglais, un beau (…)

Lire la suite

26/06/2020

Philippe Lançon, « Le tyran qui lisait Candide », Libération, 26 juin 2020.

Libération

En 1967, il n’y a pas que les guerres du Vietnam et des Six Jours, de Gaulle, les Beatles et les Rolling Stones. Il y a aussi le chaudron politique et littéraire latino-américain. Cette année-là, le Péruvien Mario Vargas Llosa (ou le Mexicain Carlos Fuentes, selon une autre version) propose à (…)

Lire la suite

18/06/2020

Lise Wajeman, « Douceurs et douleurs : Bei Dao se souvient de son enfance à Pékin », Mediapart, 18 juin 2020

Mediapart

Les opposants au régime chinois entonnent depuis près de cinquante ans un de ses poèmes en signe de révolte. Avec S’ouvrent les portes de la ville, l’écrivain Bei Dao revient sur son enfance dans le Pékin de la Révolution culturelle.

« Je te le dis, (…)

Lire la suite

10/06/2020

Youness Bousenna, « Moi, le Suprême d’Augusto Roa Bastos », Télérama, 10 juin 2020.

Télérama

Dans un monologue imaginaire, le despote fondateur du Paraguay conjure par l’écriture l’horreur de sa condition humaine. L’œuvre maîtresse de Roa Bastos, enfin rééditée.

Écrire la vie d’un dictateur est un projet littéraire périlleux. Trop près, on loupe le despote ; (…)

Lire la suite

9/06/2020

Youness Bousenna,« Trois raisons de (re)lire “Moi, le Suprême”, la fresque historique du Paraguayen Augusto Roa Bastos », Télérama, 9 juin 2020.

Télérama

Grande figure de la littérature sud-américaine, l’écrivain a dépeint la vie du dictateur et fondateur du Paraguay José Gaspar de Francia dans le magistral “Moi, le Suprême”. Paru en 1974, cet époustouflant récit est aujourd’hui réédité par les éditions Ypsilon.

Paru (…)

Lire la suite

5/06/2020

Camille Loivier, « (Notes de lecture) Eliot Weinberger, 19 manières de regarder Wang Wei »,Poezibao, 5 juin 2020.

Poezibao

C’est un livre remarquable que les éditions Ypsilon nous offrent, une fois de plus ; je voudrais le relire cent cinquante fois. Rien ne m’a plus enthousiasmée que de lire dix-neuf fois le même poème sans pourtant avoir l’impression d’en avoir fait le tour, mais au contraire, de chaque fois le (…)

Lire la suite

1/06/2020

Christine Plantec, « Les belles apatrides », Le matricule des anges, juin 2020.

Le matricule des anges

Une réflexion vertigineuse sur ce que traduire veut dire, par Eliot Weinberger.

Soit un quatrain écrit il y a 1200 ans par Wang Wei (700- 761), poète et peintre de la prestigieuse dynastie Tang. Soit en 1987, la publication de 19 traductions du quatrain chinois à des époques et dans des (…)

Lire la suite

27/05/2020

Youness Boussenna, « 19 manières de regarder Wang Wei d’Eliot Weinberger », Télérama, 27 mai 2020.

Télérama

« Traduire, c’est trahir », selon l’adage. Et celui-ci est bien cruel, car comment rendre un poème écrit en chinois classique au VIIIe siècle, sous la dynastie Tang ? Si les quatre vers du poème de Wang Wei, auteur bouddhiste qui était également peintre, parlent de choses (…)

Lire la suite

5/04/2020

Ludovic Lamant, « Dans le “trou noir du pouvoir absolu” d’un caudillo paraguayen », Mediapart, 5 avril 2020.

Mediapart

Augusto Roa Bastos a tressé le monologue d’un héros de l’indépendance du Paraguay, devenu dictateur « suprême et perpétuel » de 1814 à 1840. Texte majeur en Amérique latine, Moi, le Suprême, publié en 1974, ressort en France.

Dans la littérature latino-américaine, Moi, le (…)

Lire la suite

1/04/2020

Valérie Nigdélian, « Révolutionnaires en jupons », Le Matricule des anges, avril 2021

Le matricule des anges

Entre archive et création, le récit de Maria Attanasio voyage aux pays des chemises noires, des drapeaux rouges et des luttes féminines.

« Moi dans les luttes j’étais comme une flamme. » Ainsi parle Concetta La Ferla, fille d’une « famille communiste (…)

Lire la suite